BIOGRAPHIE (FR)

Ivan Paduart prend ses premières leçons de piano à 10 ans. En 1985, un stage de jazz avec Michel Herr le persuade de se consacrer exclusivement à sa discipline.

En 1988, après six mois au « Jazz studio » d’Anvers et un an au conservatoire royal de Rotterdam (où il étudia avec Rob Van Kreeveld), il rejoint le quartet du guitariste américain John Thomas, celui du trompettiste italien Gino Lattuca et celui du tromboniste belge Phil Abraham.

En 1989, avec le quartet de Phil Abraham, il remporte à Paris le 2ème prix au « concours international de la défense » et le troisième prix de soliste. La même année, il gagne le premier prix au « Brussels » Jazz-Rallye » avec le quartet de Lattuca. Quelques mois plus tard, il forme son premier groupe de fusion avec Vincent Mardens au saxophone, Patrick Deltenre à la guitare, Benoît Vanderstraeten à la basse et Mimi Verderame à la batterie : le groupe se nomme « AFTERTOUCH ».

Le premier album sort en 1990 et s’intitule « Aftertouch » (B-Sharp Records).
De 1990 à 1992, le groupe tourne en Belgique, en Allemagne et en France et assure, entre autres, les premières
parties de Bill Evans, Didier Lockwood, Hermeto Pascoal, Mike Stern…
En 1992, Aftertouch sort « Turquoise » (B-Sharp Records), avec 2 changements de personnel (Peter Vandendriessche ­ sax et François Garny ­ basse); l’album comprend principalement des compositions de Paduart mais également de Deltenre.

L’année suivante, dans un style plus straight-ahead et uniquement acoustique, Ivan sortira « Illusions Sensorielles » (Igloo) ; il y développera ses compositions jazz-impressionistes, teintées ci et là d’accents latins.
Pour ce projet, le trio de Paduart, avec Philippe Aerts (contrebasse) et Bruno Castellucci (batterie), est additioné de Chris Joris aux percussions, du guitariste Patrick Deltenre, et du virtuose français de l’accordéon, Richard Galliano ; ce répertoire lui d’ailleurs valu le prix de composition « Nicolas Dor 1993 » au festival international de Liège.

À la fin de la même année, aux claviers, il fait une tournée française avec Claude Nougaro (et Maurice Vander – piano; Jean-Marie Ecay ­ guitare; Laurent Vernerey ­ basse; Loïc Ponthieux ­ batterie), et enregistre un quatrième album ; « Time Gone By » (AMC) ; celui-ci comprend le même trio de base que « Illusions Sensorielles » (Paduart, Aerts et Castelucci), mais se paie les services de l’excellent bugliste et trompettiste américain Tom Harrell.                                               Signalons également la présence de Jean-Marie Ecay sur trois morceaux.
En 1994, il reprendra la formule de « Illusions sensorielles » pour enregistrer « Folies Douces » (Igloo) : mêmes musiciens, même concept ; entre jazz lyrique et musique de film.

Après des concerts en Italie, en France et au Canada, il devient, en 1995, le pianiste de Toots Thielemans qu’il accompagnera pour une vingtaine de concerts, dont plusieurs festivals européens (Prague, Brignoles, Brest…) . Ivan invitera alors Toots sur « White Nights » (A-records) ; l’album fait également la part belle à Bob Malach et Philip Catherine.

À partir de 1996, la formule de prédilection d’Ivan devient presque exclusivement le trio ; avec Hans Van Oosterhout comme batteur et Hein Van De Geyn, puis Stefan Lievestro comme contrebassistes.
En hommage à son ami Fred Hersch, le pianiste et compositeur américain auquel il voue un respect immense, il enregistre « Clair Obscur » (A-records) avec le trio.
En 1998, après une tournée de trois semaines avec Bob Malach, Hein van De Geyn et Hans Van Oosterhout, il grave « Belgian Suites » (A-records).

2000 est une année particulière ; à l’instigation de l’organisateur Christian Debaere, Ivan est appellé à rendre hommage au jazz belge en constituant un genre de « BELGIAN STARS BAND » ; le groupe comprend, outre le pianiste, Steve Houben (alto), Jean-Pierre Catoul (violon), Peter Hertmans (guitare), Nathalie Loriers (claviers/piano), Stefan Lievestro (contrebasse) et Hans Van Oosterhout (batterie). Une série de 22 concerts (dont le festival de Porto/Portugal) succèdera à l’enregistrement de l’album « True Stories » (Igloo), sur lequel Charlie Mariano remplace exceptionellement Houben ; la mort tragique de Jean-Pierre Catoul dans un accident de voiture mettra un terme définitif au projet ; Catoul était une pièce irremplaçable du puzzle !

À partir de là, Ivan revient au trio avec Stefan Lievestro et Hans Van Oosterhout ou Mimi Verderame, sortant en 2001 « Trio Live » (Omnivore/Virgin) et tournant en Suède, Danemark, Portugal, Suisse, France, Italie, Tunisie, Pays-bas, Luxembourg, Chine, Norvège et Belgique.

Le trio s’adjoint la complicité de solistes occasionels comme Rick Margitza (pour l’album « Still » sur A-records, enregistré en 2001) ou Toots Thielemans, Toon Roos, Bert Joris et Fay Claassen sur le double album LIVE « A night at the Music village » (Jazz ‘n pulz).

En 2003, Ivan Paduart se produit avec Rick Margitza, Toon Roos, Fay Claassen, Nigel Hitchcock, Toots Thielemans, Tierney Sutton, Anita Wardell (…) et enregistre en trio « Blue Landscapes » (avec Philippe Aerts et Dré Pallemaerts) pour le label Japonais VIDEOARTS MUSIC.

En janvier 2004, avec Richard Galliano + l’ensemble de musique nouvelle, il enregistre « Douces Illusions » (IGLOO) et tourne en Belgique.
Il fait également quelques concerts avec le Brussels jazz orchestra (janvier), ainsi qu’avec Toots Thielemans aux festivals de Funchal/Madeira et Porto/Portugal (mai).
En août 2004, après une tournée avec le guitariste « world » Quentin Dujardin, il enregistre le CD « Vivre » (Arsisworld) ; ce CD constitue sa première expérience dans le domaine de la world music.

En mai 2005, il sort son premier disque solo « Alone » (Alone Blue Records) dont la plupart des prises sont issues d’une session à Porto, au studio MB (Madredeus, Maria Joao…).
En juin, il tourne à Macao et au Japon, tantôt avec Rick Margitza, tantôt en trio ; un des concerts en trio sera enregistré au « Body & soul » (Tokyo) « A night in Tokyo » .

En juillet, le même trio enregistre un album de chansons françaises « My French heart »pour le label japonais GATS.
En août, Ivan joue pour la première fois en duo avec Richard Galliano, son vieux complice, au Gaume jazz festival ainsi qu’à Mulhouse.

En 2006, Ivan Paduart joue régulièrement avec Richard Galliano, dont un concert au Concertgebouw d’Amsterdam, une participation au festival de Sofia (Bulgarie) ainsi qu’au festival de jazz de Marciac (avec Richard Bona et Manu Katché).

L’année suivante, il est contacté par le Metropole orchestra pour enregistrer en public 12 de ses compositions, arrangées par Michel Herr, Jim Mc Neely, Bert Joris et lui-même.
Le cd « Crush » est enregistré live le 12/12/2008 au Cirque royal de Bruxelles .
En 2011, il enregistre le CD « HERRitage », en hommage à son ami et collègue Michel Herr ; les 9 compositions sont signées par Michel Herr et interprètées par Ivan, Philip Catherine, Bert Joris, Toon Roos, Philippe Aerts et Hans Van Oosterhout.
Il finit l’année par une semaine de concerts avec le guitariste Sylvain Luc, rencontre riche et prometteuse…

En mai 2012, il grave 9 compositions originales sur « Ibiza » (Mons records) avec Philippe Aerts et Hans Van Oosterhout.
Le mois suivant, il enregistre à N.Y.C. un hommage à Burt Bacharach avec Bob Malach, Jay Anderson et Clarence Penn, intitulé « plays Burt Bacharach » (September).

En 2013 et 2014, il joue essentiellement en trio pour la promotion d »Ibiza » (incluant des festivals internationaux…).
En février 2014, il publie « Alone # » (Quetzal records), une version d' »Alone » améliorée de 3 morceaux supplémentaires, remixée et remastérisée.
Fin avril, il participe à l’enregistrement du nouvel album de Jan De Haas, avec Sal La Rocca et Mimi Verderame.

En avril 2014, il participe à l’enregistrement de l’album du vibraphoniste Jan De Haas (« Dreams ago »/De Werf) avec Sal La Rocca (contrebasse) et Mimi Verderame (batterie).
En décembre, il enregistre « Enivrance » avec son trio habituel ; 9 compositions originales.
I.P. prépare actuellement un projet avec Manu Katché, Quentin Dujardin, Richard Bona et Bert Joris.

Awards

– 1987 1er prix au « KNACK TROPHY », Oostende
– 1989 1er prix au « JAZZ-RALLYE », Bruxelles
– 1989 2ème prix au « concours international de jazz de la défense », Paris
– 1990 1er prix au « concours international des radios de langue française », Bruxelles
– 1992 1er prix au « concours international de compositions jazz », Monaco
– 1993 1er prix de composition « NICOLAS DOR » au « festival international de jazz à Liège »